La chapelle du Calvaire

 

La première pierre de la chapelle fut posée en 1724 sur un terrain appartenant à la confrérie des Pénitents Blancs, fondée en 1578. Elle fut supprimée en 1777 et la chapelle fut probablement laissée à l’abandon. Elle fut relevée en 1844 par la confrérie réformée : des messes y étaient célébrées deux fois par an et elle était l’aboutissement d’un chemin de croix le Jeudi Saint. La confrérie disparut en 1892 et la chapelle fut laissée une fois de plus à l’abandon. Devenue propriété de la commune depuis, la chapelle fut restaurée de 2000 à 2003 par les membres de l’association « Amis de la Chapelle du Calvaire »et par des fonds publics et privés. Elle est située sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle pour le bonheur des pèlerins.

 

L’église de Sainte Agathe

 

Cet ancien édifice religieux daterait du Xème (902) mais a subi un grand nombre de modifications au cours des siècles. Brûlée lors des guerres de religions, l’église de Chavanay fut restaurée au XVIIème siècle. Elle a servi de grenier lors de la révolution avant de redevenir un lieu de culte en 1802. Sa dernière rénovation date des années 1997-2000. Son clocher abrite la plus ancienne cloche du canton, datée du XVIIIème siècle.

La Madone d’Izerat

 

Située au hameau d' Izerat, cette madone qui domine le village, fut édifiée en 1861. La statue est en pierre de Volvic (pierre noire d’origine volcanique). Avec ses 17 mètres de haut, c’est une des plus grandes de la région. Elle a connu par trois fois des vicissitudes causées par la foudre et fut restaurée à l’identique en 1997, par une association locale.

Le bourg médiéval et la rue des pèlerins

 

Lorsque vous rejoignez la route au niveau de la D7, direction le centre du village, vous entrez dans le cœur de Chavanay. Le bourg est marqué par les anciens remparts, qui autrefois servaient à défendre l'accès de Pélussin et de Virieu. Les constructions sont très denses et les rues étroites. La plupart sont pavées et semi-piétonnes et certaines rappellent la forme des remparts. En 1330, le bourg a été transformé en place forte par Renaud de Forez, seigneur de Chavanay. Il s’agissait de garder le passage vers le Jarez. L’ancienne cure située derrière l’église, abrite actuellement un gîte d’étape pour les pèlerins du Saint-jacques-de-Compostelle.

La rue des pèlerins se trouve à droite avant l’église. Cette rue dessert la place des pèlerins où l’on peut voir les restes de l’ancien château des Chanoines.

La Maison de la tour

 

Cette maison très ancienne, située au cœur du village, sert aujourd’hui de salle de réunion. Elle se situe à côté du bassin de la Serve qui autrefois servait à alimenter une ancienne propriété agricole le long des berges de la Valencize.. Aujourd’hui le bassin de joute a spécialement été réaménagé pour accueillir les joutes nautiques. Sa tour, d’origine incertaine, faisait-elle autrefois partie d’un poste avancé devant les remparts de Chavanay ?

Les deux piles du vieux pont suspendu

 

Le garde-pont habitait à l'époque dans la maison jouxtant le pont suspendu et était chargé outre de surveiller le passage, de fermer les portes la nuit (portails en fer) et en période de crues. Ce pont avait été construit en 1874, il disposait d'un tablier en bois et les véhicules ne pouvaient pas se croiser. Le pont a été détruit, il ne reste que les deux piles comme vestiges du passé, ainsi que les fondations de la maison. Un nouveau pont a été construit en aval face à St Alban où se trouve la Centrale EDF, suite aux travaux d'aménagement du fleuve par la Compagnie Nationale du Rhône.

 

La Chapelle St-Basile

 

La chapelle date du XIIIème siècle mais fut reconstruite aux XVII et XVIIIème siècles. Tombée à l’abandon, elle a été de nouveau restaurée au XIXème. C’est un petit monument rural simple et sobre : une façade à fronton triangulaire, un clocheton en bois surmonté d’une croix en fer forgé, une cloche mue par une roue en bois. Elle se situe au quartier de la Grande Gorge, en retrait de la D1086. La chapelle se trouve sur votre droite. L’entrée est tournée du côté de la plaine, la chapelle est donc orienté à l’Ouest : pour des raisons de commodité ou selon une coutume locale (plusieurs chapelles ou églises de la vallée du Rhône sont orientées de la même façon). Les anciens se souviennent d’avoir vu une fresque en façade, représentant St Basile et St Roch. Elle a malheureusement disparu. Les représentations de St Basile en Occident sont rarissimes.